J’ai décidé de changer de vie

Spread the love

Cet article participe à l’événement inter-blogueurs ‘j’ai décidé de changer de vie’ du blog Stalimapics, une famille expatriée au Québec. Après avoir passé 2 ans au Canada, j’apprécie ce blog qui me replonge dans cette atmosphère. Si vous ne connaissez pas le Québec, cet article « Les 5 incontournables de l’automne au Québec » vous donnera sûrement l’envie d’aller y faire un tour !

Ça veut dire quoi « changer de vie » ?

Commençons par le commencement : qu’entend-on par changer de vie ?

C’était déjà un sujet très en vogue, d’un point de vue professionnel particulièrement, qui le devient encore plus, crise sanitaire oblige.

Cette situation inédite a remis en question certains styles de vie et même des vies entières.

Quand on dit changement de vie, on sous-entend souvent : changement radical. Ainsi, des exemples comme :

  • passer de cadre supérieur à boulanger
  • partir élever des chèvres dans le fin fond du Larzac

Sont très courants. Parfois trop cliché. J’ai, oserai-je dire à mon insu ?, moi aussi franchi le cap de ce changement de vie. Voici ce que j’en ai retiré, bien loin de tout ce que j’avais pu imaginer !

J’ai changé de métier, de mode de vie et même de pays

En ce qui me concerne, mon changement de vie, même s’il a paru soudain pour certains, s’est fait en plusieurs étapes.

Car pour être honnête, au commencement, je n’avais pas décidé de « changer de vie« . Mais c’est finalement c’est ce qui s’est produit.

Peut-on improviser un changement de vie ?

Qui dit changement de vie, dit saut dans l’inconnu. Et oui, on ne va pas se mentir, ça fait peur. On recommande souvent qu’il faut le préparer. Je n’irai pas dire le contraire… Car je l’ai presque improvisé.

Or, c’est toute une organisation qu’il faut revoir. Et il ne faut pas non plus négliger l’aspect financier, particulièrement si cela implique une baisse des revenus.

Alors, à force de cogiter, cogiter, cogiter, on ne saute pas le pas. On n’ose plus.

Pour ma part, je reste persuadée que ce saut vers l’inconnu ne se serait pas fait si je l’avais trop réfléchi. Après, c’est sûr, j’ai les nerfs solides, une bonne expérience de l’organisation et un sens du voyage et de la planification aiguisés. Sans cela et sans préparation, je serai peut être perdue au milieu de nul part. Donc, je ne vais pas vous mentir, des qualités d’organisation, d’investigation et de soif de découverte sont des atouts nécessaires voire indispensables dans un changement « radical ».

Ce que je n’avais pas prévu dans ce changement de vie

Bien sûr, tout ne s’est pas passé comme prévu dans ce parcours. Mais l’imprévu est venu là où je ne l’attendais pas.

En effet, initialement, j’ai posé un congé sabbatique pour retrouver un sens que je voulais donner à mon travail.

De fil en aiguille, cela s’est transformé en crise existentielle et en quête d’identité. Et j’ai fini par… me retrouver. Oui, me retrouver, moi, Sandra, adoptée de Bolivie, adoption que j’avais toujours niée, rejetée, pendant les 37 premières années de ma vie.

Finalement, je n’ai pas changé de vie, je me suis ré-appropriée ma vie !

C’est ainsi qu’avec le recul, je peux vous affirmer :

Ça n’était pas vraiment changé de vie que je voulais.

Non, ce qui m’importait le plus, c’était de reprendre le contrôle de ma vie ! Mais je n’en avais absolument pas conscience à ce moment-là.

J’ai suivi la voie tracée…

En effet, alors que j’avais suivi une voie que l’on m’avait tracé :

  • des études pour obtenir le bac+5
  • qui lui-même m’a permis de décrocher des emplois bien rémunérés
  • pour finalement atteindre le fameux « métro-boulot-dodo »
  • m’autorisant quand même à voyager à l’autre bout du monde 2 fois par an, réalisant certains de mes rêves les plus fous.

Mais, malgré un burnout et des signes de maladies qui se faisaient de plus en plus pressants, je ne l’admettais pas :

Ce n’était pas une vie comme cela que je souhaitais !

Puis j’ai déraillé

Un évènement fort, les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, des remises en questions m’ont fait sortir du droit chemin. Car personne n’a compris ce qu’il se passait. Moi la Première.

Mon congé sabbatique de 8 mois s’est prolongé en congé de 2 ans… Je suis partie « m’expatrier » à l’étranger, au Canada.

J’en ai profité pour vendre ma résidence principale, au grand dam de mon entourage qui se demandait si je n’étais pas tombée sur la tête.

Même si je savais pertinemment que non (je n’étais pas tombée sur la tête), il a fallu constamment justifier ces écarts.

C’est à présent que je réalise que ce changement de vie, radical ou non, n’est pas si changeant que cela. Certes, comparé à la situation initiale, oui ça l’est. Mais si finalement, c’était la situation initiale qui n’était pas correcte pour moi ?

Si mon changement de vie n’était rien d’autre qu’une ré-appropriation de ma vie ? Une nouvelle vie où je suis en phase avec moi-même, avec mes valeurs. Une vie où je reprend le contrôle de ce qui m’arrive ou pas. Une vie où je ne fais pas ce que l’on me dit de faire pour ne pas déplaire, pour ne pas décevoir mais au contraire, une vie où je m’écoute, où je me découvre, où je fais ce qui me fait envie, même si cela ne plaît pas à tout le monde ? Et même si dans mon entourage, personne ne comprend vraiment, ça n’est pas grave. Car ce changement m’a apporté une chose inattendue : j’ai découvert mes racines. Grâce à cette étape, je suis à présent sereine, apaisée. Et j’en suis persuadée, sans cette décision de changer quelque chose, rien de cela ne serait arrivé.

Que voulez-vous vraiment ?

Changer de vie, cela veut dire que quelque chose nous déplait dans notre vie actuelle. Mais on ne fait rien pour ne pas sortir du droit chemin : se conformer aux règles de la société, de la famille, de ce que l’on attend de nous.

Et si le changement de vie était plutôt un retour à la source ?

Ou si, pendant ce changement de vie, vous preniez suffisamment de recul pour vous retrouver, oser être vous, oser vous affirmer, oser faire ce que vous avez vraiment envie ?

À présent, je vous retourne la question, vous qui souhaitez changer de vie. Qu’attendez-vous vraiment de ce changement de vie ? Est-ce une fuite ? Ou au contraire, vous souhaitez vivre une vie qui vous correspond plus ?

Un changement de vie n’a pas besoin d’être radical

Un changement de vie, contrairement à l’image que l’on a, n’a pas besoin d’être radical. Il peut se faire en douceur, après une réflexion de plusieurs mois, à l’instar de mon congé sabbatique.

Car s’il est bien une chose, il n’y a pas forcément besoin de partir à l’autre bout du monde et de faire son Robinson pour (re)trouver sa voie. À partir du moment où vous comprenez que derrière ce changement de vie, se cache quelque chose de plus profond, quelque chose dont vous n’avez même pas encore conscience, alors il ne reste plus qu’à trouver comment être en phase avec votre Moi profond et vos valeurs.

Mon changement de vie n’est pas un changement de vie. C’est finalement ma véritable identité que j’ai pu retrouver. J’ai toujours eu cette envie secrète d’avoir un impact positif sur la planète. Mais qui étais-je vraiment pour penser que cela était possible ? Aujourd’hui, j’ai toujours cette envie. Mais elle n’est plus secrète. À présent, la question est : Comment ?

Et je me remercie d’une chose. C’est d’un jour avoir osé écouter cette petite voix qui m’indiquait le nouveau chemin à suivre. Car, finalement, il n’y a que moi, et moi seule, qui détermine ce qui est bon pour moi ❤️


5 Replies to “J’ai décidé de changer de vie”

  1. Bastienne Nagy

    Bonjour Sandra, j’aime beaucoup le lien que tu fais entre changement de vie et se trouver profondément. Le changement est en effet souvent « spectaculaire », or il peut être plus subtil et intérieur. Merci pour l’authenticité avec laquelle tu te livres, que j’affectionne particulièrement en général.

  2. Christophe SIMOND

    Bonjour Sandra, j’aime beaucoup cet article, il est plein d’humanité et de sens. J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire. Merci.
    Christophe

Laisser un commentaire

Participer à la prochaine Rencontre entre Adopté.es en vous inscrivant ici (rencontre virtuelle)

%d blogueurs aiment cette page :