Le Journal d Une Adoptée

2/5 ℹ️ Abandon ou rejet ? De quoi souffre réellement une personne adoptée ? – Mini-série Les blessures Invisibles

Publié par Sandra le

Les blessures invisibles Le journal d'une adoptée

Dans le monde du développement personnel, les blessures font de plus en plus débat.

Les blessures 

Les blessures que l’on aborde ici ne sont pas physiques mais psychologiques, émotionnelles.

C’est pourquoi il n’est pas simple de les voir, et c’est également pour cela qu’elles font débat. On y croit, ou pas.

Mais puisqu’il faut trouver une explication à toutes choses, elles font petit à petit leur place dans l’inconscient collectif.

Et pour cause. Nous les avons toute en nous au fond de nous.

Elles nous viennent de l’enfance, de notre passé.

Au nombre de 5, Lise Bourbeau a rendu les travaux autour de ces blessures accessibles à tous.

Pour une meilleure compréhension de soi, mais aussi de l’autre.

En ce qui me concerne, j’ai tellement été dans le déni que je ne pensais pas avoir la blessure de l’abandon !

Adopté = abandon

C’est un raccourci qui est souvent fait.

Les blessures se créent lors de notre enfance. C’est pourquoi, même si l’on découvre plus tard que l’on n’a pas vraiment été abandonné (on est issu d’un trafic d’enfant par exemple), notre cerveau a intégré que notre mère biologique nous avait laissé.

Comme on n’est pas en âge de mettre des mots sur la séparation avec notre mère (biologique), c’est ainsi que on le vit : comme un abandon.

Cela peut également être ressenti comme un rejet.

Dans tous les cas, Monique insiste : les 2 sont vécus comme une souffrance, voire un traumatisme.

Cet évènement qui s’est passé dans notre enfance va avoir des conséquences sur notre façon de penser, de nos comporter, d’être.

Si de nos jours, il est accepté qu’une personne se rappelle de ce qui s’est passé quand il était enfant, cela n’a pas toujours été le cas !

Aussi surprenant que cela puisse être, ces blessures de l’abandon et du rejet n’étaient pas mentionnées en tant que telles, car l’on pensait qu’un enfant ne se souviendrait pas de ce qui s’est passé.

Mais Monique ne parle dans le prochain épisode. Si notre mémoire ne se souvient pas, nos cellules, quand à elles, sont bien imprégnés de cette séparation.

C’est important à comprendre, à assimiler pour pouvoir avancer et « guérir ».

Cet épisode est extrait de l’interview de Monique lors de la 1ère édition du Sommet Virtuel des adoptés.

Bonne nouvelle,

✅ Bonne nouvelle, la 2ème édition du Sommet des adoptés aura lieu le 26 et 27 novembre 2022 😃

Pour vous inscrire dès maintenant pour profiter d’un tarif préférentiel : cliquez ici pour découvrir le programme complet et vous inscrire

🥳

Catégories : Podcast

0 commentaire

Laisser un commentaire